ETRE UNE BENEDICTION

Publié le par Henri

Genese 12:1
 
1   L'Éternel dit à Abram: Va-t-en ! Va-t-en de ton pays, de ta patrie, et de la maison de ton père, dans le pays que je te montrerai.
2   Je ferai de toi une grande nation, et je te bénirai; je rendrai ton nom grand, et tu seras une source de bénédiction.
3   Je bénirai ceux qui te béniront, et je maudirai ceux qui te maudiront; et toutes les familles de la terre seront bénies en toi.
4   Abram partit, comme l'Éternel le lui avait dit, et Lot partit avec lui. Abram était âgé de soixante-quinze ans, lorsqu'il sortit de Haran.
5   Abram prit Saraï, sa femme, et Lot, fils de son frère, avec tous les biens qu'ils possédaient et les serviteurs qu'ils avaient acquis à Haran. Ils partirent pour aller dans le pays de Canaan, et ils arrivèrent au pays de Canaan.
6   Abram parcourut le pays jusqu'au lieu nommé Sichem, jusqu'aux chênes de Moré. Les Cananéens étaient alors dans le pays.
7   L'Éternel apparut à Abram, et dit: Je donnerai ce pays à ta postérité. Et Abram bâtit là un autel à l'Éternel, qui lui était apparu.
8   Il se transporta de là vers la montagne, à l'orient de Béthel, et il dressa ses tentes, ayant Béthel à l'ouest et Aï à l'est. Il bâtit encore là un autel à l'Éternel, et il invoqua le nom de l'Éternel.
9   Abram continua ses marches, en s'avançant vers le Negueb.
 
 
On pense au jardin d’Eden, lorsque on parle du pays d’Haran où vivent Abram, sa femme Saraï et son neveu Loth. Situé entre les rives des deux fleuves, l’Euphrate et le Tigre. La plaine de Mésopotamie est un immense territoire fertile où poussaient tous les fruits de la terre en abondance. Où rien de ce qui fait la joie de la vie ne manquait, ni l’eau, ni la viande. Et c’est là dans cette plaine de l’abondance qu’a résonné pour la première fois l’appel de Dieu, le premier appel de Dieu à un homme.
Actuellement si vous voulez situer l’endroit c’est l’Iracq et ce n’est plus le paradis. Là il y avait Abram, qui était un jeune homme, vivant avec sa jeune épouse malheureusement stérile et son neveu Loth. Son père Térah avait déjà entrepris le début du voyage, ils étaient venus de Our, tout en aval des fleuves et étaient remontés jusqu’à cette ville de Haran avec les flots ininterrompus de voyageurs de commerce. Les villes de ce temps là étaient déjà prospères et on avait l’habitude d’aller de l’une à l’autre à l’autre.  Pour nous ce serait extraordinaire à entreprendre un tel voyage, d’un millier de kilomètres à pied et même à chameau, ou à âne. Pour les besoins de ses affaires Térah n’avait pas hésité, il avait emmené toute la famille et s’était donc installé à Haran.

Si vous alliez à Haran. vous y verriez des maisons qui  ont la forme de termitières.  Abram a vécut dans ces mêmes maisons. Beaucoup de personnes  passaient par là, venait de loin et allaient continuer encore plus loin. Car ce qui est extraordinaire dans l’histoire d’Abram, ce n’est pas le voyage mais les raisons de ce voyage : obéir au Dieu avec lequel Abram, a l'habitude de communiquer.

Abram et sa famille  sont  des voyageurs aisés, pas dutout dans la misère comme parfois la tradition a pu les montrer. Ils ne quittent pas un pays de dénuement pour une terre d’abondance. Bien au contraire, ils quittent une patrie riche et tranquille pour l’aventure à travers le désert, sans rien savoir de ce qui les attend. Sans même savoir jusqu’où ils iront. Car l’ordre de marche de Dieu est bien singulier. Il ne dit pas, « part d’ici et va jusqu’au pays de Canaan », mais «  LEK-LEKA ! Va t’en,  et après on verra ». Et le voyage nous est raconté de la façon la plus simple qui soit : « ils partirent pour le pays de Canaan et ils arrivèrent donc au pays de Canaan ». Tout est prèvu par Dieu. Ils sont partis, mais c’est Dieu qui dirige pour arriver. Il faut toujours commencer par obéir. Ce qui se passe pendant le voyage n’est pas toujours secondaire, mais ce qui comptera toujours c’est l’obéissance à un ordre de Dieu et ce qu’il veut partager avec un homme ou une femme.


C’est ainsi qu’à son départ, Abraham n’est pas motivé par l’appât du gain, ni l’envie d’aller voir ailleurs ce qui se passe. Il part poussé par ce qui est le plus merveilleux : un ordre de Dieu mais en même temps cette parole de Dieu qu’il perçoit, il ne peut pas la discuter. Il quitte un monde qu’il voit, qu’il connaît, dont tout lui est familier pour un monde inconnu, dont il ne sait rien et surtout pas les dangers. Et tout cela parce qu’il a entendu et eu foi en une parole venue  de l’Éternel, qui révèle son intention d’en faire un acteur.
   C’est certainement un peu comme ça pour mes frères du voyage qui en allant leur chemin, on trouvé bon de s’arrêter un jour à Perpignan.
  Il ne manque pas d’églises pourtant. Mais si Dieu en installe une autre, une de plus, c’est qu’elle fait besoin.
  Je pense qu’il va y avoir une immense bénédiction. Qu’il y ait des conversions aussi nombreuses que le sable de la mer ou les étoiles du ciel, je ne sais pas, mais je le souhaite.
   Seulement tout ne peut pas reposer sur les épaules du responsable
                        .
Si vous gardez par habitude de venir dans une salle pour y écouter un prédicateur quel qu’il soit, vous ne serez que des spectateurs. Or Dieu veut que chacun de vous devienne acteur. Je sais qu’il y en a qui aiment propager l’Evangile. Quelqu’un m’a abordé une fois en me disant :   "Monsieur, savez-vous que Dieu vous aime ?"       
  Je ne sais pas si il aurait su aller plus loin ; mais j’ai éprouvé de la joie en voyant un ami du Royaume de Dieu.      Amen ? !!!           

Si vous voulez que votre église devienne  une source de bénédiction, ce n’est pas en laissant le responsable faire tout tout seul.  C’est à chacun de se mettre au travail.
 Abraham, reçoit l’assurance de la protection de Dieu.   « Je bénirai ceux qui te béniront, je maudirais ceux qui te maudiront .»  Cette  bénédiction  est très importante car toujours en vigueur.  Les choses ont toujours été très simple : soit l'on est pour Israël de Dieu et on est béni, soit l'on est contre Israël et l'on est maudit . Je  conseille toujours de prier aussi pour le peuple d’Israël non pas avec l’intérêt d’être béni, mais parce que Dieu a dans son plan, une solution finale de salut éternel pour son peuple.
De toute façon il est plus facile de bénir (dire du bien) si on est béni.
  Il faut se rendre compte que Israël est l’endroit que Dieu a choisi. L’Eretz Israël, la terre d’Israël sera le lieu où toutes les nations devront se rendre pour fêter la fête des cabanes, sous peine de sanctions divines. C’est pourquoi Israël ne se cramponne pas à un bout de terre, mais que Dieu l’y maintient par sa main, face à la puissance démesurée de ses ennemis actuel déclarés et ceux à venir.  Dieu en dit Zacharie 13. 14: " C’est mon peuple".  La terre d’Israël, l’Eretz,par Jérusalem, est ainsi appelée à devenir le lieu du rassemblement universel des peuples. Mais gare à ceux qui auront combatu contre Israël. Cf :  Zach 14. 12

 En Jésus-Christ, nous sommes devenus des enfants d’Abraham.
L’apôtre Pal explique dans le lettre aux Romains que nous sommes greffés sur l’olivier franc. Ce qui veut dire sur les Juifs. Donc nous avons droit aux promesses Rom 11.  16 à 18. Mais il précise : Ne nous glorifions pas d’être une branche gréffée : glorifions la racine qui nous porte.
Nous avons aussi à être une bénédiction, une source de bénédiction. Pour ce faire nous devons avoir notre force, de notre communion avec le Saint-Esprit, pour que nous soyons une bénédiction de Dieu pour tous ceux qui se perdent dans notre famille, notre voisinage, nos amis.  Nous devons apprendre à amener quelqu’un à la repentance au pied de la croix.
    Il n’y a pas d’autre sujet  plus important que de changer la vie ordinaire matérielle pour une vie conduite par l’Esprit de Dieu sur notre esprit.
   Ne faisons pas semblant d’être chrétien. cela peut tromper les hommes, mais pas Dieu qui voit tout.

D'après la prédication à Saint-Estève du 7 août 2011

Publié dans Prédication

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article