Il prend soin de ses brebis

Publié le par Henri

     Ezéchiel 34. 11

     Car ainsi parle le Seigneur Dieu : Je viens chercher moi-même mon troupeau pour en prendre soin. (12) De même qu’un berger prend soin de ses bêtes le jour où il se trouve au milieu d’un troupeau dispersé, ainsi je prendrai soin de mon troupeau ; je l’arracherai  de tous les endroits où il a été dispersé un jour de brouillard et d’obscurité. (13) Je le ferai sortir d’entre les peuples, je le rassemblerai des différents pays et je l’amènerai sur sa terre ; je le ferai paître sur les montagnes d’Israël dans le creux des vallées et dans tous les lieux habitables du pays. (14) Je ferai paître dansbrebis-gdtroupeau-trois-bergers.jpg un bon pâturage, son herbage sera sur les montagnes du haut pas d’Israël C’est là qu’il pourra se coucher dans un bon herbage et paître un gras pâturage, sur les montagnes d’Israël. (15) Moi-même je ferai paître mon troupeau, moi-même ferai coucher – Oracle du Seigneur Dieu. (16) La bête perdue, je la chercherai ; celle qui aura une patte cassée, je lui ferai un bandage ; la malade, je la fortifierai. Mais la bête grasse, la bête forte, je la supprimerai : je ferai paître mon troupeau selon le droit.

    Lorsque Jésus arrive le jour de sa naissance il fait une liaison entre ce qu′il y avait avant et ce qui va être l′essai de réconciliation de Dieu avec l′humanité. Toutes les prophéties concernant l′arrivée de Jésus se sont réalisées.

    Pour nous qui nous nous trouvons deux millénaires et plus après, il nous reste le témoignage de ceux qui ont vécu avec le Messie. Jean nous introduit dans la contemplation de cette lumière qui vient du Ciel, qui procède du Père. Il nous parle aussi du manque de réception de l′humanité, pire du manque de réception des juifs à son égard. Pourtant c′est spécialement pour eux qu′il commence son ministère , parce que Israël reste le peuple préféré de Dieu, celui qui porte témoignage volen non volen au monde.

    Jésus reprend l′Histoire dans le cadre de l ′Ancienne Alliance et donne connaissance au présent du futur que Dieu le Père a préparé pour ceux qui veulent faire une téchouva disent les Juifs , un retour sérieux aux dix paroles, au décalogue et donne d'emblée dans son premier sermon, un Dieu plus exigeant que ce qui avait été dit aux anciens. Le s quiproquos viendront avec des questions sur le sabbat et aussi du fait qu′il se dit et laisse dire qu′il est Dieu ; mais il privilégie le titre de Fils de l′Homme.

    Cet oracle de l'Éternel concerne le manque de soin porté à son troupeau. Un troupeau de brebis dont les bergers devraient avoir des soins attentifs, mais dont ils ne cherchent que les dîmes et les offrandes en les laissant sans instruction sur les choses de Dieu. Les brebis se trouvent donc sans défense devant les dangers, comme si s’étant dispersé, chaque brebis était incapable de retrouver son chemin. Car les brebis sont égarées dans leur abandon, sollicitées par les fausses religions et les sectes spirituellement dangereuses. Et quand la décadence religieuse est avancée, la relation avec Dieu recule vers la cessation et toute la Terre souffre du manque de relation de l′homme avec Dieu. Et on continue ensuite avec des mouvements populaires athées ou d′Eglises en laissant toujours Dieu de côté. Les incroyants confirment leur incroyance devant la misère qui se généralise tandis que nous sommes en partie, responsables du fait que nous ne savons pas ou ne désirons pas ou ne pouvons pas donner à autrui, la soif de Dieu. Seules les fausses religions arrivent à faire quelques prosélytes en présentant un autre Jésus, un autre Évangile.

    Jésus va essayé de remplacer la religion par la foi. Il a toute autorité. Il n′aura pas l′ orgueil de mettre en avant sa déité, mais à l′occasion il dira ″ je suis ″ ou se laissera adorer comme Dieu. Jésus mettra au centre de ses rencontres avec les gens, les jeunes hommes riches, les femmes qu′il rencontre. Jésus est comme un berger indiquant le chemin de ceux qui ne retrouvent plus leur maison. Il est comme le berger de ceux qui ne retrouvent même plus leurs idées, qui perdent l’usage des mots et s’embrouillent dans leurs souvenirs. Jésus est attentif à chaque brebis et même a celle qui s′est égarée dans le plan pour Israël. Comme Ezéchiel nous voyons la dispersion de la population de l’ancien Israël et pas seulement d’Israël, l’occupation par les soldats d’Assyrie et de Babylonie de tous les petits royaumes de l’Ancien Orient. On appelle cela d’un mot grec diaspora dispersion. C’est pourquoi la prophétie qu’il interprète parle de brebis dispersées et aussi des bergers qui ont la responsabilité de soigner les pattes cassées, d’appeler chaque brebis par son nom, comme nos paysans d’autrefois donnaient un nom à chacune de leurs bêtes. Les brebis perdues de nos jours soufrent de l′exploitation humaine et du manque de foi, c'est-à-dire du manque de relation avec Dieu. C′est le travail de diable, qui lui ne perd pas de temps. De nos jours on pratique de l′œcuménisme comme si c′était le nec plus ultra, alors que ce que veut Dieu ce ne sont pas tant des ponts qui relient les hommes, mais d′abord impérativement des échelles qui montent au ciel qui seul peut réunir. Le travail consiste au contraire de séparer le pur de l′impur et non pas de se contenter de gérer le mensonge et l′erreur en religion et la transformation de notre société dans l′ état de Sodome et Gomorrhe avant sa destruction par Dieu. Nous avons bien lu : ″ je prendrai soin de mon troupeau ; je l’arracherai de tous les endroits où il a été dispersé un jour de brouillard et d’obscurité. (13) Je le ferai sortir d’entre les peuples, je le rassemblerai des différents pays et je l’amènerai sur sa terre .

    Se réjouir de voir des personnes se regrouper dans une église où on n′en prend pas soin si non pour en abuser, c′est voir des personnes qui se satisfont du brouillard et de l′obscurité

Il n′y a donc pas seulement une question économique et morale, mais une question de densité spirituelle tombée à zéro. Laisser la transformation de la société aux soins des seules associations humanitaires ou du parti que l’on préfère ou des services sociaux, et on peut ajouter : de la religion, c’est miser sur des groupes humains qui eux ne peuvent spontanément, appeler une brebis par son nom ni réparer les pattes cassées... Dans ces associations, le croyant est esseulé, perdu sans l′appui d′un autre croyant avec qui ils pourraient s′entretenir de leur amour pour Dieu malgré les épreuves.

Oui le peuple de Dieu est encore dispersé dans « un jour de brouillard et d’obscurité » selon la prophétie. Le peuple est livré à tout vent de doctrine et va être anéanti comme dans les temps anciens pas si ancien si on regarde à la Shoah. La grande tribulation dévoilée dans l′Apocalypse voilà bientôt 2000 ans, sera en place quand Jésus viendra enlever son Épouse avant que ce soit insupportable. Il l′a fait pour Lot,au sein de la débauche : pour Noé au sein de la moquerie. Ensuite il a exercé son jugement.

Il veut exercer sa justice sur la bête grasse et forte.

Nous parlions de brebis malmenées tout d′un coup il s′agit d′une bête grasse et forte. C'est une image pour les conducteurs des brebis. Le berger en effet fait partie intégrante du troupeau. Pour Dieu, il n'est pas au-dessus des autres surtout pour s'engraisser a leurs dépends. Il n'y à pas d'erreur possible. Dieu écarte le berger indélicat pour faire paître sa brebis selon le droit, ce qui inclut une bonne doctrine et non un amalgame de positions sur la foi.
    Jésus est le Bon Berger qui vint sur Terre pour mourir ; mourir pour que nous ayons la vie en faisant un choix entre le salut par grâce ou la perdition avc Satan.

Publié dans Autour de la Bible

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article