Psaume 107

Publié le par Henri Darnès

Le psaume 107 veut nous assurer d'une chose : Dieu est bon.

    Le psalmiste part du fait qu'il y a des rachetés. Les rachetés de l'Eternel ont déjà goûté à sa bonté. Ils sont rassemblés, venant de tous les pays. Avant d'en arriver là, ils erraient dans le désert et marchaient dans la solitude. Il n'y avait rien à voir ni à projeter d'extraordinaire dans leur vie.

  Lorsqu'on ne connaît pas Dieu, ou que l'ayant connu on le laisse de côté et qu'on finit par l'oublier, on erre dans le désert de la vie et on se trouve seul, esseulé dans la multitude. La solitude est un ennemi terrible. Elle se colle parfois en famille, dans le couple jusqu'à ce que la faim et la soif de communiquer finisse par disparaître. L'âme est languissante de jours meilleurs qui ne viennent pas. La détresse s'installe peu à peu.

   Arrivé à ce stade, ou il y a une prise de conscience salutaire, ou il ne se passe rien dans la conscience et la suite c'est la mort : c'est ce que précise le verset 12. Par contre, ceux qui ont bien réagi : verset 13, ont crié à l'Eternel et de ce fait ont été délivrés de leurs angoisses, ils ont été sorti des ténèbres et de la maladie qui mène à la mort.

 Dès que l'on fait un pas vers Dieu, Dieu agit et tend à se faire connaître. Il fait des merveilles qui poussent à la louange. Il finit en brisant les portes d'airain qui empêchaient de voir l'Eternel et rompu les verrous de fer du matérialisme. C'est ainsi que insensés au départ, par leurs attitudes et poussés par la détresse à crier à l'Eternel, ils ont retrouvé leur vie par Celui qu'ils ont cherché. Par contre, il verse le mépris sur les grands.

    Le psaume conclue pour le sage : à prendre garde à ces choses et à être attentif aux bontés de l'Eternel.


Extrait d’une prédication par Henri Darnès,  juin 2012

 

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////::

Publié dans Prédication

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article