Passons à l’autre bord.

Publié le par Henri

Lecture préalable : Marc 4 : 35 à 41

  Evangéliser à longueur de journée est épuisant.
Il faut être à l'écoute des questions, y répondre. Tout en faisant des kilomètres à pied.
Les gens suivaient en foule et entouraient Jésus et ses disciples.
Pour s'échapper il ne restait plus que l'eau et encore parfois ça ne suffisait pas. Pour un peu de repos, Marc raconte que   Jésus leur dit : "Passons à l’autre bord".
                                  Cette traversée ne se fait pas sans problème. Une tempête fait risquer le naufrage, tandis que Jésus dort. Nous devrions faire attention lorsqu'il dort.
   Quand Jésus et ses disciples arrivent, ils ne passent pas inaperçu. Les démons qui sont dans le corps d'un homme, les ont repérés, ou plutôt ont repéré spécialement Jésus. Il se trouve des personnnes qui  ne savent pas qui est Jésus. Les démons, eux, le savent.  "Que me veux-tu Jésus, Fils du Dieu Très-Haut?" Il ne se trompe pas. Jésus n'est pas un dieu quelconque c'est un Dieu issu du Très-Haut, Dieu lui-même et il demande par le côté suprême de l'Eloïm de ne pas être tourmenté c'est-à-dire envoyé en enfer. Il sait qu'il a un temps avant d'être neutralisé et donc il demande d'en bénéficier. Ils supplient Jésus d'aller dans les cochons. Vous connaissez la suite. Au lieu de se réjouir du fait que le possédé n'était plus sous l'emprise des démons, ils on considéré la perte d'un troupeau de cochons et priè Jésus de se retirer.

       Quand nous passons d'un bord à l'autre, c'est quand nous passons aussi, de la rive éclairée par la parole de Dieu, à la rive de l'ignorance et de l'obscurité matérialiste  ou religieuse.
    Chaque fois que nous apportons la lumière, un démon surgit de l'obscurité pour essayer d'atténuer la lumière qui vient de la Parole  de Dieu : de la Bible.
   Or la foi bien assise, vient de ce qu'on entend de la Parole de Dieu et non de ce qui vient de la part des hommes.
Certaines doctrines semblent avoir pour référence la Bible, mais elles ne s'y  référent  que quand ça les arrange. Puis au besoin, la parole est falsifiée en  partie, quand il faut soutenir un dogme hérétique. C'est ainsi que certaines religions qui se disent "chrétiennes" ne sont en fait qu'une pâle représentation du christianisme qu'elles déforment le plus souvent pour s'enrichir.
   Elles en répondront devant le tribunal de Dieu.
  Nous rencontrons donc des difficultés sur la rive que nous voulons évangéliser et nous n'avons pas à nous en étonner.
        Notre devoir est de dire aux gens : "Savez-vous que Jésus vous aime ?" Il vous répondront automatiquement que ce n'est pas évident en tout cas pour eux. Ils vous feront une liste exhaustive de tous les maleurs qui les ont atteint et qui continuent de les abattre. C'est là qu'il faut proposer de les amener ici, où il se  fait des guérisons au nom de Jésus-Christ, où on prie avec des résultats, où on peut changer sa vie en se tournant vers Jésus.
Dire sans essayer de convaincre à toute force. Convaincre c'est le rôle du Saint-Esprit. Priez pour les personnes que vous voulez voir converties à Jésus.
 Ensuite allez de l'autre bord, où les difficultés sont importantes, où se trouvent des esprits impurs, des besoins de religions, le refus ou le rejet de Jésus. Cependant Jésus y est avec nous. Donc nous pouvons  parler aux gens en les interressant de Dieu, pas en les assommant de multiples versets  de la Bible. C'est à eux-même qu'il appartient de lire la Bible et de découvrir l'amour de Dieu qui libère des religions et  des passions.
 

 Extrait de la prédication par Henri Darnès le 21 11 2010

Publié dans Prédication

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article